I am back!

 
fullsizeoutput_1d2e.jpeg

I am back! Am I back for good? I am not sure. I just felt the urge to write this morning. You see, as a mom who stays at home full time, I get so much time to "think", no time to "do" anything. At the same time, I also get very few opportunities to share all these thoughts given that, well, you know, I am 99% of my time at home and my daughter doesn’t really care about my deep thoughts on life.

I also decided to write in English. For a while, I have debated if I should write in English or French and really, just the thought of it has completely stopped me from writing. What gives right? Therefore, I decided to go with what feels the most natural to me and it is English now, after almost 7 years spent far from home. My English is far from perfect but again, this is another unnecessary roadblock that stops me from writing! So you may encounter severals mistakes, inappropriate grammar, missing “s” here and there!

It has been a while right? I’ve been pretty busy but really, I’ve been debating for over a year now about continuing to blog or not. Initially, I created The Winter of Sophie in a moment of complete despair, when I was in a dark place and really needed to share it with… not sure who. But I needed to get it all out there. It felt so good to just write my thoughts and then have people getting back to me that they were going through similar questioning. I felt like I had a purpose. Fast forward two years later, guess what? Other than moving, adding a dog and a baby to the mix, I still have some of the same thoughts and questions I had then.

I am a very happy and grateful person, so please don’t feel sorry for me. (Side note: I always thought it was interesting when I would post something and people would comment : “Don’t worry, it’s going to be ok”. I am like: I am ok! But I still think it is worth sharing?) I have everything  someone can ask, a great and supportive husband, a wonderful and HEALTHY baby (this really should make me the luckiest person in the world!), a nice place to live, financial comfort, etc. However, I am still a bit lost. Do I cry every morning about it? Obviously not. Don’t worry! I AM OK! However, in my desire to always get to the bottom of things, I have this craving and needs to understand what is going on and how to get improve, if possible, and make things better.

It would be impossible to catch you up in few lines with everything that’s been going through my mind in the past few months so I may try to write about it in different posts. For today, I’ll start with one of many observations of my new life as a mom. Two years ago, when I experienced my share of down moments mostly related to my career, I realized how was taboo it was to talk about it. I have never been shy of talking about anything, so it was a bit of shock that either people didn’t want to hear about it. I experienced the same thing with being a new mom… anyone asking me how it was, I kept saying the same thing: no one prepares you for how hard it will be.

Now, you have to keep in mind that I am a bit alone, here in Phoenix. I am far from my friends and family. I do have a great circle of moms here with babies of the same age as mine and we do share about the difficulties of being a new mom. However, most of it, rightfully, is concentrated on feeding, napping, hitting development milestones, etc. Trust me, everyone needs that! It takes a village, that the so true. However, not much time is left to discuss about how we feel, us, as women, even before being a mom. That’s really the part that amazed me the most since I became a mom. How do I define myself now? How do I still have a “me” when 99% of my day (and most of my night) is about another human being that relies on my so much?

In “real” life or online, I don’t see much about this. I either see moms thriving (or giving the impressions that they are thriving) or others just being silent about it. Is it wrong or taboo to have some doubts about ourselves now that we’ve been given one of the most important gift in life, a child? It should not. How do we make sure we still take care of us, physically and mentally, with the few hours we have to ourselves? Not sure. Where do I find time to improve myself? Not sure either… When I do find time, do I work on being a better mom or a better “Sophie”?  So many questions and although I have some possible solutions for each of these questions, that’s it for now and I will try to organize my thoughts better for my future posts. It is hard when so many things are going through my mind. One thing is certain, I can’t just be summarized by “I need a coffee” or “Get me a glass of wine”. I refuse to think that coffee or wine will get me through motherhood in one piece. I know those are meant to be funny, not take literally, but still. More on this later!

Full disclosure: this blog will look like what my life looks like currently: messy. I don’t want it to be only about deep subjects. I also want it to be about lighter stuff like babies essentials, traveling with young kids, or any other subjects where I feel like current online content did not really addressed the subjects as much as I would like it.  I may not always have nice pictures to go with my post either! I just don’t want to overthink it, get the content out, and start the discussion. This blog can’t be perfect. Moms who have a perfect social media life are just entertaining the lie that you can still have it all once you have kids. This is not helping any of us!

Hopefully you’ll enjoy reading me as much as I enjoy sharing my personal experience with you!

 

La vie à la maison et autres petites préoccupations

Ces derniers temps, je ne sais plus où donner de la tête! C'est toujours la même histoire mais quand j’ai l’opportunité de travailler et de faire des sous versus m’asseoir et écrire un blogue (ou toutes autres choses plus créatives), mon cœur va pour la créativité et la tête va pour l’argent. C’est probablement une bonne chose.

Demain, il me restera officiellement 9 semaines avant d’accoucher et je vous avoue que les 31 dernières semaines sont passées comme un coup de vent. Entre la fin d’année de mon client, l’achat de la nouvelle maison, le déménagement, s’occuper du chien, meubler et décorer la maison ET commencer à se préparer pour un bébé, ça en fait beaucoup.

Bref, ce matin, c’est une des premières fois ou je me lève sans vraiment avoir besoin de travailler (c’est vite dit, j’ai 30 copies d’étudiants de l’Université Laval qui doivent se faire corriger avant dimanche soir). Je suis un peu perdue, pas habitué de jouir de cette liberté de faire ce que je veux. Je pourrais faire bien des choses, comme faire du lavage, nettoyer la maison, préparer la chambre du bébé (car c’est « jamais » vraiment prêt on dirait), nettoyer le frigo, coudre, dessiner, peinturer, etc. Pourtant, la seule chose que je réussi à faire, c’est de rester devant mon ordi – Facebook, Instagram, créer des listes d’achats sur Amazon. C’est tellement plus facile.

Je eu la même réflexion il y a quelque mois, et je réalise que le plus facile pour moi, c’est toujours de travailler (c’est-à-dire, faire de l’audit, de la maison, pour mon client). C’est familier, ça demande peu d’efforts (assis devant un ordi), c’est organisé (on a souvent une liste de choses à faire, des deadlines, des emails à répondre, etc.) et je suis assez douée pour le faire (on s’entend, ce n’est pas si difficile non plus). Ça me vient à me demander comment les hommes et les femmes qui restent à la maison font pour ne pas virer fou. Cela prend énormément de discipline, d’énergie et d’organisation pour faire autre chose que s’asseoir sur le divan et jouer avec mon téléphone toute la journée.

Ces temps-ci, je reçois constamment des messages de recruteur sur LinkedIn qui ne sont clairement pas au courant que je suis enceinte, pour des postes qui semblent très intéressants (autant que faire se peut en comptabilité) dans des compagnies pas loin de la maison. C’est vraiment tentant (et facile) de penser retourner travailler 9 à 5 aussitôt que faire ce pourra, faire de l’argent, avoir des conversations autre qu’avec mon chien et mon chum (et bientôt mon bébé), avoir à m’arranger le matin et sortir de mon pyjama.

J’admire donc les mamans entrepreneurs et mêmes celles qui ont pris la décision de rester à la maison pour simplement élever leurs enfants. Car en fait, ce n’est pas simple du tout. La paresse n’a pas du tout sa place dans ce genre de scénario. Ces femmes doivent relever leur manches à chaque matin, trouver des idées imaginatives pour divertir les enfants, s’organiser avec les courses et probablement faire un peu à manger aussi! Ouf. Juste y penser et je suis épuisée.

Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve mais si j’en avais vraiment assez de l’environnement stérile corporatif, je vais vraiment devoir repenser à comment je peux aller chercher autant de valeur ajoutée et d’accomplissement en restant à la maison et surtout comment je vais arriver à trouver l’énergie et la motivation pour m’accomplir, sans cadre rigide dans cet environnement.

Le cadres rigide, je réalise que malgré tout, je l’aimais plus que je le pensais.

 

L'intolérance

 

*** Ce texte a été écrit bien tard, avec peu de révision. Désolée si vos yeux saignent, je devais toutefois envoyer le message pour une conscience plus tranquille et me permettre de dormir ! ***

À mon retour au Québec l’année passée, à Drummondville, pour être précis, j’ai été un peu plus exposée aux réfugiés syriens et à l’immigration en général, qui à ce moment-là était un sujet au centre de l’actualité de la ville. Ayant quitté ma ville natale presque 15 ans plus tôt, je n’avais pas vraiment de souvenir d’une diversité culturelle, outre certaines familles que presque toute la ville connaissait bien qui avaient fait de Drummondville leur ville, il y a de cela depuis bien des années.

Quelle surprise ce fut d’y voir à mon retour une quantité plus qu’impressionnante de gens de cultures et de religions différentes ! En même temps, j’étais bien curieuse de voir comment la population réagissait face à ses nouveaux citoyens. Bien que la grande majorité des gens avec qui j’ai voyaient leur arrivé comme une nécessité, une bonne chose et surtout « la moindre des choses », d’autres avaient un discours tout droit sorti du passé, complètement raciste et stéréotypé : un genre d’incompréhension, une généralisation inappropriée, une peur non justifiée. J’ai été surprise. Ayant vécu à Montréal pendant 10 ans et ensuite 5 ans aux États-Unis dans des villes très ouvertes d’esprits, ça m’a choquée de voir les propos racistes et arriérés entendus de gens proches de moi, que je considère très haut dans mon estime. De quoi laisser un goût amer dans la bouche.

Par hasard, quelques semaines après mon arrivée, une amie d’enfance me propose d’être bénévole pour la Fête de la diversité culturelle. Toujours partante pour aider, je lui dis oui sans hésitation. S’ensuivent donc quelques réunions dans les mois à venir pour fabriquer un capteur de rêve géant, une des attractions durant l’événement.

La fête a eu lieu le weekend du 27 mai. Je m’en souviendrai toujours, car c’était mon weekend de fête. On installe le capteur de rêve dans un parc de la ville et j’ai bien hâte à l’événement. En plus de faire de nouvelles rencontres, j’anticipe de voir des gens de la ville que je n’ai pas revus depuis des années, surtout qu’il fait enfin beau et que les gens vont sortir de leur maison. Après tout, ayant vécu 16 ans à Drummondville, ayant fréquenté plusieurs écoles, avec des petits boulots ici et là, je devrais au moins croiser une bonne poignée de gens que je connais non ? Non.

Manque de publicité ? Je ne pense pas. La majorité sont sur mon Facebook, une bonne partie d’entre eux doivent encore me suivent donc si je parle de l’événement dans les jours qui mènent à l’événement, techniquement ils sont au courant, non ? Apparemment non.

Décevant.

En même temps, pas très étonnant considérant tous les propos, regards, sous-entendus que j’entends ici et là lorsque je parle de l’événement, ou qu’on discute en général de l’arrivée de ses immigrants en ville.

Notre capteur de rêve avait un but précis durant l’événement : permettre aux visiteurs d’écrire une pensée ou un vœu sur une plume et l’accrocher au capteur de rêve. Certains enfants souhaitaient que leurs parents retournent ensemble, des gens souhaitaient qu’un être proche guérisse. Pour les nouveaux arrivants, les vœux accrochés au capteur de rêve se résumaient souvent à se faire des amis, apprendre le français, trouver un emploi et être accepté par la population de Drummondville.  À bien y penser, je n’avais pas vraiment de vœux à accrocher, je crois avoir reçu ma part de chance et de vœux réalisés dans le passé, il n’était pas nécessaire d’en demander plus, quand les besoins essentiels de certains individus ne sont même pas satisfaits. J’ai accroché mon vœu à la toute fin du weekend, me sentant un peu hypocrite de le faire, mais je vous avoue ne pas me souvenir ce que j’ai souhaité. À bien y penser maintenant, j’aurais dû souhaiter la TOLÉRANCE, en majuscule.

Bref, pourquoi je dis tout ça, c’est que la tuerie à Québec, que j’ai suivi de près ce soir, m’a frustrée au plus haut point et m’a ramenée tout droit à cet événement de mai, dans ma petite ville natale. Au moment où la nationalité et la religion des responsables de l’acte de terreur n’étaient pas encore connues, la lecture des commentaires racistes et extrémistes de petit monsieur et petite madame mal informés du Québec m’a choquée. Oui, car le pire dans tout ça à mon avis, ce n’est pas « seulement » l’événement en tant que tel, mais surtout la réaction d’une multitude de Québécois face à la situation. Le crime de Québec a peut-être été commis par 2-3 individus, mais collectivement, c’est beaucoup plus que ça. À mon avis, tous ceux qui ont des commentaires de haines et qui appuient cet acte haineux sont tout aussi responsables que ceux qui ont commis le crime, du moins moralement. Souhaiter du mal aux autres basé sur leur religion - ou plutôt l’incompréhension de leur religion, où se réjouir que les criminels ne soient PAS Québécois (même si à l’heure tardive d’écrire ses lignes, rien n’a été confirmé – mon point justement!), c’est juste une pensée retardée et complètement ignorante de la situation. Et ça me fait honte d’être Québécoise.

Bien sûr, si je me mets à généraliser toute une province basée sur une centaine de commentaires, je ne suis pas mieux que ces chialeux qui généralisent tout un peuple et une religion basé sur certains cas isolés. Mais je suis quand même fâchée.

Je n’ai malheureusement pas de solutions magiques pour résoudre le problème de société, mais j’ose croire que tous les récents événements aux États-Unis et maintenant au Canada vont faire réfléchir les gens et les sensibiliser à la portée de leurs mots et de leurs gestes. Encore plus, je souhaite que tout le monde fasse une introspection et analyse leur niveau de tolérance envers les autres nationalités et religions. Souvent, on déteste ce qu’on ne comprend pas. Personnellement, les récents événements avec Trump m’ont poussé à faire une réflexion interne et j’ai trouvé quelques failles dans certains de mes raisonnements. J’ai donc pris la décision de mieux m’informer, de faire plus de recherches et de me sensibiliser davantage à la cause des autres nationalités. Je ne vais pas aller marcher dans les rues pour protester (probablement pas un endroit idéal pour les femmes enceintes), mais je vais faire comme je le peux pour boycotter certaines organisations qui encourage le Président américain, mieux m’informer, faire de dons aux bons organismes, et tenter de toujours voir les deux côtés de la médaille.

Ok, ma montée de lait est terminée je vais me coucher.

 

L'écriture

 
 Coucher de soleil, vu de ma fenêtre de salle à manger... 

Coucher de soleil, vu de ma fenêtre de salle à manger... 

Ces dernières semaines, je travaille fort ! Du moins, fort pour une fille qui est habituée de faire du 20 heures semaines depuis quelques mois. Ces temps-ci, ça s’enligne plutôt sur le 40 heures semaine, à faire ce que j’aime le plus au monde (sarcastique) : de l’audit ! La beauté de la chose, c’est que le tout se fait de ma maison, dans mon bureau, en pyjama (si je le veux), avec de la bonne musique en trame de fond, et en compagnie de mon chien (qui je l’avoue, me dérange la plupart du temps, mais bon !).

J’ai récemment flirter avec l’idée de retourner travailler à temps plein. J’avoue que mon timing est plus que mauvais, à trois ou quatre mois d’avoir un bébé et de voir ma vie transformée, c’est d’ailleurs ce que la directrice des finances qui m’a interviewée m’a gentiment suggéré, d’attendre de voir, car « Être mère, ça change une vie » m’a-t-elle dit. J’ai donc poursuivi ma réflexion, regardé notre budget, parlé à mon boss actuel qui me donne de la job au compte goûte, pour ensuite me sentir extrêmement privilégiée d’être en mesure de bien gagner ma vie, en faisant des semaines écourtées, à la maison. J’ai donc pris la décision de garder ce statut pour l’année 2017. 

Pour en venir au sujet de ce blogue, l’écriture, je ne peux pas vous dire combien de fois ces dernières semaines j’ai écris des articles de blogue dans ma tête, parlant d’un peu de tout, de self help oui, mais de moins en moins. De plus en plus, les histoires qui m’intéressent de partager, évidemment, considérant la situation, sont des histoires de décoration d’intérieur, de futures mamans, de lobby créatif, etc. Souvent, je me prends à écrire tout mon texte dans ma tête, mais rarement, ça aboutit à me faire ouvrir mon ordinateur pour publier ces articles. Plus souvent, je procrastine le "vrai" travail (celui qui me procure un chèque de paie au bout de la semaine) en rêvassant de ce que serait la vie, si je pouvais seulement me contenter d’écrire et faire mes petits lobbys.

J’en déduis donc que si je veux que ça sorte, il faut que j’y accorde du temps. Si je veux que le monde accroche, je dois être constante, écrire plus souvent, parfaire mes techniques d’écriture. Ce qui est le plus difficile, c’est de m’en tenir à un thème ou deux, j’ai tendance à vouloir m’éparpiller. Mais en même temps, moi même, quand je lis des blogues, j’aime la diversité du contenu.

Tout ça pour dire qu’écrire me fait du bien, cela me permet de penser à autre chose que mon client du moment, de l’incompétence des gens que j’audit, de la platitude des fichiers Excel, des pivots table et des V-Lookup, et c’est une façon, parmi tant d’autres, de me permettre de créer. J’ai compris avec le temps qu’il me faut balancer l’audit (qui me fait sentir intelligente, capable, valorisée) et les passe-temps créatifs (qui me font m’accomplir, me font sentir comme une semi-artiste, me valorisent d’une tout autre façon). Bien sûr, ça serait génial si mes passe-temps créatifs me permettaient d’en vivre confortablement, mais puisque ce n’est pas le cas en ce moment, je me concentre à atteindre ce parfait équilibre entre mes capacités intellectuelles et créatives.

Et vous, vous avez cette balance, entre les choses que vous aimez faire et celles que vous faites par obligations ? Ça se passe comment ?

 

La nouvelle vie

 

Nous voilà donc pas mal installés dans notre nouvelle maison, dans notre nouvelle ville, prêts à relever de nouvelles aventures. Bien que l’Arizona n’était pas au top de ma liste des états où je souhaitais résider, j’essaie tout de même d’y trouver mon compte. Ce qu’il y a de bien avec l’achat d’une maison, c’est toute la permanence qui vient avec.

Par exemple, le médecin de famille, le dentiste, le garagiste, le bureau de poste, etc. deviennent des choix à long terme, le tout nous aidant à prendre racine, du moins pour un certain (long) temps. Après avoir été en constant mouvement les 5 dernières années, ça fait du bien.

Il y a aussi le fait d’être enceinte et d’avoir un besoin grandissant de rester à la maison, imaginer la chambre de bébé, prévoir l’organisation de la maison en fonction d’un manque de temps éminent, lorsque le bébé sera là. Bref, la permanence, ça aide à se préparer pour les mois et années chargées à venir.

Tranquillement, les choses entrent dans l’ordre avec la maison et tout ce qui vient avec (l’aménagement paysager, le système d’alarme, le pest control, le revêtement des fenêtres, le traitement à l’eau douce, alouette!). Cela nous donne donc un peu plus de temps de partir à l’aventure pour découvrir ce qui nous entoure.

Phoenix et les environs, c’est bien différent des endroits où j’ai habité jusqu’ici dans ma vie. Plutôt que d’avoir une grande ville et des banlieues qui l’entourent, on parle plutôt d’une accumulation de banlieues, qui forment Phoenix et ses environs. Ici, tout est à environ 25-30 minutes. On y trouve tous les magasins imaginables, mais on doit en moyenne conduire 20 minutes pour s’y rendre. GIlbert, Mesa, Scottsdale, Biltmore, Phoenix, Chandler, Tempe, toutes de petites villes qui se touchent et se connectent par 2-3 autoroutes. À l’intérieur d’une même ville, on croise des coins plus ou moins recommandables, puis quelques secondes plus tard, des oasis de palmiers et cactus, des lacs, des terrains de golf et des belles maisons défilent sous nos yeux.

Ce que je trouve très rafraîchissant, après avoir vécu presque deux ans en banlieues de Los Angeles, c’est qu’on y trouve beaucoup de petits commerces. L’achat local est clairement mis de l’avant. Cela devient donc une chasse au trésor de trouver nos endroits "go-to": un bon café, de la bonne bière artisanale, nos restos indiens/thaï/japonais/viet pour les cravings lorsqu’on n’a pas envie de cuisiner, les endroits parfaits pour l’heure du lunch, ainsi que les petites boutiques spécialisées où aller flâner. 

Une chose est certaine, à Phoenix, on est toujours à quelques secondes de voir un cactus, que ce soit dans le stationnement du Costco ou dans un centre d’achat branché extérieur, je n’ai jamais vu autant de cactus au pied carré. Je suis fortement impressionnée par la complexité de ces plantes. J’en possède trois minis en ce moment que j’essaie de ne pas tuer. À suivre... Parlant de cactus, nous avons eu l’opportunité de goûter aux paysages arizonien, la semaine dernière, lors de notre randonnée à Superstition Mountain. C’était aussi la première randonnée de notre chien, qui a fait ça comme un grand, et a bien réussi à éviter la centaine, voir même les milliers de cactus rencontrés en chemin. Le grand air, la nature, l’air qui sent bon, bref, je me suis senti, pour la toute première fois, un petit peu "chez moi", dans mon nouveau état d’adoption.

 

 

 

2017

 

J’ai commencé ce blogue il y a un an exactement. Je l’ai un peu négligé durant la deuxième partie de 2016. Aujourd’hui, première journée de 2017, je n’arrive pas à croire la différence entre mon état mental (et physique) et celui d’il y a 365 jours. 

Au début de 2016, j’étais désorientée, j’étais perdue et je me questionnais énormément. Mon estime de moi en avait pris un coup, j’étais pognée dans un “in-between” de carrière, de vie personnelle… j’avais en tête une liste de choses que je voulais avoir accompli (enfant, maison, bâtir une “vie”) et ça ne se réalisait pas aussi vite que je le voulais. 

À ce moment-là, je venais tout juste de commencer ma sabbatique de ma job à New York. On venait de laisser derrière nous un appart à 3 000$ par mois. Mon chum n’avait pas fini sa maîtrise, on ne savait dans quelle ville, état ou même pays on aboutirait après ses études. 

Bref, pour moi, en n’ayant aucune visibilité sur les éléments qui sont habituellement une certitude dans ma vie, je me sentais complètement perdue. J’ai paniqué, j’ai stressé, j’ai imaginé le pire, et je me suis retrouvée dans une petite dépression. Je ne regretterai jamais ce moment de ma vie qui m’a appris à vivre avec un minimum, un jour à la fois, sans savoir ce qui nous attendait le lendemain. 

Ensuite, pour la deuxième partie de 2016, tout s’est mis à débouler. Nous avons accueilli Max, notre bébé Goldendoodle, nous avons déménagées à l’autre bout du continent, en Californie, je suis tombée enceinte deux mois plus tard, mon chum a trouvé un autre (et meilleur) emploi dans l’état voisin, l’Arizona, et soudainement, on déménageait encore, on s’achetait une maison, une deuxième auto, etc. 

Drôle de coïncidence, en faisant nos boites pour la troisième fois en 12 mois, j’ai retrouvé un dream board que j’avais fait à la toute fin de 2015 pour visualiser où je voulais être dans ma vie dans les 5 prochaines années (voir la photo plus haut). Bien que cela semble un peu matériel, je voulais ma maison, pas vraiment pour l’objet, mais plutôt pour finalement créer des racines à un endroit, pendant un moment. Je voulais être organisée, que la maison soit fonctionnelle, qu’on y crée un petit nid de tranquillité. Je voulais également un chien et un enfant. Au centre, une photo de mon mariage, pour me rappeler que l’amour ce n’est pas acquis, et qu’il faut toujours travailler sur les fondations, s’assurer que ça ne s’effrite pas. Je souhaitais aussi de faire quelque chose que j’aime, où je n’ai pas besoin de prendre de vacances, et où je n’attends pas toujours aux weekends.

Bref, un an plus tard, jamais je n’aurais cru que presque tous ces vœux se réalisent. J’ai mon chien, j’ai ma maison et je suis enceinte. Je ne crois pas m’être réalisé autant que je le voulais au point de vue de ma carrière, mais mon arrangement de travail actuel me permet de travailler à temps partiel et d’être chez moi quand je le veux (ce qui fut bien pratique durant les premiers mois de grossesse). Un enfant à venir a définitivement renforci les fondations de mon mariage… mais je dirais que c’est toujours à continuer. Dans l’ensemble, je considère que j’ai fait un énorme pas dans la bonne direction. Un bon exemple du pouvoir de la visualisation et de la pensée positive. 

Bref, la morale de cette histoire n’est pas que je suis chanceuse et que la vie me sourit. Je crois plutôt que cela montre que lorsqu’on prend le temps de définir les bons buts, c’est à dire de prendre un temps d’arrêt et de se questionner sur ce qu’on veut, qu’on fait une liste et qu’on travaille à accomplir chacun de ces éléments, on peut avoir presque tout ce qu’on veut.

Un bon exemple est mon désir d’avoir une maison. Une maison en Californie, ce n’était pas possible pour au moins les 4-5 prochaines années, à moins que je retourne travailler à temps plein, dans mon ancienne job. C’est certain que j’adore la Californie et que j’adorerais y vivre toute ma vie, mais puisqu’un de mes désirs était d’avoir une maison, lorsque l’opportunité en Arizona s’est présentée, cela nous a permis de réaliser que pour le moment, c’était la meilleure option pour nous amener plus près de nos objectifs de vie du moment. C’est certain que cet état n’était pas #1 sur notre liste des endroits à habiter, mais considérant l’arrivée du bébé, avec le chien, une maison avec une cour et 3 chambres s’était LA meilleure décision. C’est une question de priorité.

Bref, où je veux en venir, c’est que certaine fois, si on focus trop sur le même objectif et que cet objectif ne se réalise pas, peut-être qu’il faut se pencher sur le reste et évaluer si toutes les décisions sont prises en fonction de cet objectif, est-ce que nos objectifs sont contradictoires, est-ce qu’on priorise le bon objectif, etc.

Alors que sera mon Dream Board de 2017? Au réveillon hier, je me posais sérieusement la question. On dirait que je suis à court d’idées. Je vais donc continuer à y penser cette semaine. Je ne sais pas si je tiendrai ce blogue à jour. J’espère que oui. Ça me manque d’écrire, peu importe qui est intéressé à me lire. On verra ce que ça donnera.

Bonne année !

 

Choisir ses batailles

 

Partir à pleurer après un appel avec un client ? Oui, ça, c’est moi. C’est moi qui dois toujours avoir raison, qui prends très mal la contradiction et l’incompétence des gens. C’est moi qui n’assume pas les injustices et qui suis incapable de fermer sa bouche et continuer sa petite vie sans faire trop de remous.

Avoir une opinion et tenir tête aux gens ne m’a pas beaucoup servi dans ma carrière. En revanche, cela m’a grandement aidé à sortir du Québec, faire ma vie aux États-Unis, avoir ce que je veux, la plupart du temps, trouvé mon mari même. Cependant, côté carrière, cela m’a même nui plus que d’autres choses. Ça me n’aide probablement pas d’être dans un domaine très traditionnel et hiérarchique. Je me souviens avoir entendu très tôt dans ma carrière « Choisis tes batailles ». C’est facile à dire, mais pour moi, toutes les batailles sont bonnes à mener - à la sueur de mon front, avec du sans pis toute pis toute.

Quand je pense à la suite, à ce que je pourrais faire de ma vie et carrière, cette pensée revient souvent: travailler de 8 à 5 pour répondre à un boss qui aura fort probablement des opinions différentes des miennes, où je devrai toujours taire cette petite voix en dedans de moi, non merci. Mais la vie c’est ça, c’est rempli de personnes différentes avec des opinions et des parcours différents. 

Alors comment on change ça, ce caractère-là, à 31 ans ? Comment on réussi à ne pas trop s’investir émotionnellement dans sa job, à juste prendre ce qui passe et tourner la page une fois rendue à la maison le soir et les weekends ? Commencer le yoga ? Faire plus d’exercices ? SE parler beaucoup ? Malheureusement, dans mon cas, ces trucs n’ont pas aidé.

En lisant sur le sujet des forces et faiblesses il y a quelques années, j’ai compris que ça prend considérablement plus d’énergie essayer de changer ses faiblesses que ça en prend de focaliser sur ces forces. Un peu comme ramer à contre-courant. Il n’est donc pas surprenant que je sois toujours fatiguée. Être politiquement correcte, posée, détaillée, minutieuse et emphatique, au travail, c’est extrêmement forçant pour moi. 

Mais, d’une manière ou d’une autre, il y aura toujours des gens bêtes ou simplement des gens avec des opinions différentes des miennes. Je dois m’en détacher. Pour l’instant, j’en ai pas la patience ou l’énergie, c’est probablement pour cette raison que je m’isole, en essayant de travailler à distance, en minimisant les interactions avec mes collègues en travaillant de la maison, en travaillant au’à temps partiel, etc.

Solution temporaire, bien entendu. Il faudra cependant déterminer, à moyen terme, où cela me mènera, et dans quel contexte de travail je serai en mesure d’exploiter mes forces, plutôt que de devoir toujours les enfouir très loin et de constamment travailler sur mes faiblesses. 

 

Mise à jour du mois d'août

 
IMG_3186.JPG

Voilà un long moment depuis que j’ai donné des nouvelles. Je crois sincèrement que chaque jour, je pense à mon blogue. Malheureusement, on dirait que mes états d’esprit ne se traduisent pas toujours automatiquement en texte, comme si je n’étais pas capable de concrétiser ses pensées en mots, et donc, j’attends. Voilà presque 2 mois d'attente.

Mais, cet après-midi, après 4 heures de visionnement de Toddlers & Tiaras, je me suis dit qu’il était temps de faire quelque chose de productif dans ma journée. Me voilà donc à faire une petite mise à jour des dernières semaines.

Les questions qui vous brûlent les lèvres, j’en suis certaine :

Me suis-je trouvée ? 

Pas tout à fait. Je me connais de mieux en mieux par contre et je crois que c’est ce qui est le plus important. Bien que mon idéal et ma réalité ne font pas encore un, je suis consciente du processus et je me laisse moins facilement abattre par un sentiment de « défaite ».  Il y a longtemps que je n’ai pas lu un livre ou un article à saveur psychopop, je suis pus intéressée par les romans de fiction ces temps-ci et c’est ok. Je vois ça comme un marathon plutôt qu’un sprint. Je prends donc une petite pause de « réflexion », et je me concentre sur le moment présent.

Est-ce que je travaille ? 

Oui. Je fais encore de l’audit… à temps partiel, à distance (de la maison), en plus d’être très investie dans le coaching pour l’examen des CPA au Canada, toujours à distance. Est-ce que c’est la situation idéale ? Non, c’est certain que je préfèrerais faire une job qui me remplit de joie et de « purpose ». Est-ce que ça paie les comptes ? Totalement. Est-ce que ça me laisse le temps de me reposer et faire autre chose, oui, et c’est génial ? J’ai aussi remarqué que soudainement, je suis plus valorisée dans mon rôle de comptable que je l’étais avant, probablement parce que je prends moins cela à cœur. Cela fait donc du bien à l’estime de soi.

Est-ce que le chien va bien ?

Tellement. Maintenant à 4 mois, Max passe ses journées à dormir et ses soirées à jouer avec les chiens des voisins. La vie de rêve quoi. 

Alors oui, la vie est belle, mais surtout, la vie est simple, et c’est ok ainsi. Je prends surtout cela comme une opportunité de me reposer le corps et la tête, et ça me fait le plus grand bien.

J'espère revenir avec du nouveau contenu dans les prochaines semaines, on verra si la motivation y est! 

 

La petite vie

 
 Max dans un moment tranquille... plutôt rare!

Max dans un moment tranquille... plutôt rare!

La vie suit son cours, depuis notre arrivée en Californie. Étant bien occupée avec le travail (oui, à distance, mais quand même trop occupée à mon goût), l’objectif ultime de ces derniers jours est, comme toujours, « get my shit together ». J’ai bien aimé le format bullet point de la semaine passée, je vais donc continuer avec le même format pour cette semaine, si vous me le permettez!

1 - Mon chien sonne maintenant la cloche pour sortir faire ses besoins à l’extérieur. Il la sonne même s’il n’a pas besoin d’y aller, afin de se donner à cœur joie à sniffer les senteurs des autres chiens, mais AU MOINS, il sonne TOUJOURS s’il a besoin d’aller au petit coin. Donc, je célèbre officiellement une semaine sans petits incidents dans la maison. Il mord toujours, mais c’est une autre histoire. Baby steps!

2 - J’arrive enfin à bien m’alimenter. La proximité et le prix des produits frais, fruits et légumes, rendent la chose tellement plus facile qu’en hiver au Québec. Le mot d’ordre : me donner tous les éléments pour réussir. Mon truc : je lave une batch de laitue en début de semaine, que je laisse dans l’essoreuse à salade au frigo. Ensuite, chaque jour, je n’ai qu’à grossièrement y jeter une poignée de bonnes choses pour faire une salade soutenante (œufs, prosciutto, noix de pécan, betteraves, tomates, avocat, etc.). Pour le déjeuner, je m’en remets au smoothie santé. Le congélo est plein de petits sacs d’épinards et d’ananas, il me reste qu’à y ajouter des chia seeds et ma protéine en poudre qu’une amie m’a récemment fait découvert, Sun Warrior Natural Blend

3 - Après plusieurs moments de stress avec le travail, une bonne discussion avec cette amie mentionnée plus haut, et surtout une lourde charge de travail, j’ai du faire un grand effort pour me rappeler que je suis à temps partiel, que je travaille à distance, que je suis payée à l’heure ET que je n’ai plus d’évaluation annuelle. Je dois donc faire de mon mieux, sans me stresser! Depuis cette réalisation, ça fonctionne mieux. Et dans le même esprit que « me donner des outils pour réussir », j’ai fait l’acquisition d’une bonne (mais laide - ça n’existe pas beau et confo!) chaise d’ordi! Life changer. Ma patience est revenue!

4- J’avais comme objectif de me faire un café latté glacé aussi bon que celui que j’ai la chance de boire, pour une modique somme de 4-5$ le café, dans des endroits spécialisés. J’ai donc investi (encore, avoir les outils pour réussir…) dans une machine à café et un moulin à café. Et bien, après quelque petites impasses (j’ai dû désassembler et rassembler chacune des machines, à l’aide de vidéo YouTube — quel accomplissement!), j’en suis presque rendu au goût recherché. Ce n’est pas facile faire du bon café. Je continue. Mes petits progrès me rendent extrêmement fière de moi. C’est si concret comme technique que ça me fait du bien au cerveau et à la confiance en soi.

5- Finalement, je suis un peu déchirée entre magasiner ou ne pas magasiner depuis notre retour. Il nous manque des trucs (hum divan, table, chaises), mais en même temps, le fait de minimaliser, c’était super comme feeling. J’ai donc décidé d’être pragmatique. J’investis dans les pièces qui nous dureront longtemps. Pour le reste, je fais la majorité de nos achats chez Target, mon magasin préféré au monde entier. Je collectionne les coupons, j’y retourne pour les ajustements de prix lorsque d’autres rabais sont annoncés après mes achats, bref, le service à la clientèle m’appellera bientôt par mon prénom. Je garde tous mes reçus, et si je ne suis pas complètement en amour avec un article, je le retourne. Surtout, j’essaie de ne pas sur consommer. Ce n’est pas facile, c’est un rappel constant que si un item se retrouve aux poubelles éventuellement, vaut mieux ne pas l’acheter. 

Alors c’est ça la vie ces temps-ci! Ma prochaine grosse étape est de retourner au gym, de bouger, marcher, n’importe quoi! On verra comment les prochains jours se dérouleront, et si la motivation sera au rendez-vous!

 

 

Retour sur le déménagement

 
 Parfaite image pour illustrer la situation. Mon balcon, ma vue, ma vie!

Parfaite image pour illustrer la situation. Mon balcon, ma vue, ma vie!

Me revoici. Maintenant déménagée à l’autre bout du continent. Les dernières semaines ont été stressantes (bébé chien) et fatigantes (7 jours d’auto avec le bébé chien). Au lieu d’y aller avec un long texte aujourd’hui, je vais vous donner en rafale mes constatations des dernières semaines :

– Un roadtrip à travers l’Amérique ça sonne bien sur papier, mais en réalité, c’est long longtemps. Bien que je sois super contente de l’avoir fait, je ne crois pas le refaire. Beaucoup d’auto, beaucoup de paysages plats (milieu des États-Unis).

– De tous les états visités durant ce roadtrip (New York, Pennsylvania, Ohio, Missouri, Indiana, Kansas, Oklahoma, Colorado, New Mexico, Arizona et Californie), mon état préféré est sans aucun doute l’Arizona, plus précisément la ville de Scottsdale. Un oasis au milieu du désert avec une tonne de cactus et des paysages digne de films du Far West. Je veux absolument y retourner, surtout que la ville est super « dog-friendly ».

– Constatation chien #1- un bébé chien ça mort ! C’est vraiment le seul défaut de mon chiot ! Il fait ses nuits, s’assoies et se couche quand on le demande, dort presque tout la journée, fait ses besoins à l’extérieur, mais j’ai très hâte que la passe du mordage passe !

– Constatation chien #2 – un chien c’est vraiment comme un enfant. Je me souviens de ma première expérience avec un chien, à 21 ans, l’été de mon examen de CPA. Tellement pas le bon moment, pas surprenant que nous ayons pris la décision de le donner quelques mois plus tard (chose que je considère comme un de mes échecs de vie). 10 ans plus tard, à la veille d’avoir des enfants, le timing est excellent. Ça donne une bonne idée des restrictions que peut amener un enfant. Une bonne chose qu’on adore le cocooning et rester à la maison !

– Déménager de Drummondville vers la banlieue de Los Angeles, Rancho Cucamonga, c’est le jour et la nuit. À Drummond, je ne savais plus où donner de la tête, je croisais une tonne de personnes que je connaissais chaque jour, j’étais toujours occupée. À Rancho, je ne connais personne, mon chum est de retour au travail donc je passe la journée avec moi-même et le chien, je peux passer la journée sans aucune interaction humaine. Honnêtement, pour le moment, ça fait du bien. Psychologiquement, c’est reposant. On verra comment ça évolue dans les prochaines semaines.

– Je mets encore beaucoup de pression sur moi même. Cette tendance que j’ai de vouloir avoir « my shit together ». Avoir un appartement propre, un chien bien élevé, bien mangé et faire à manger, faire de l’exercice, bien décorer, bien m’habiller, alouette ! Je dois donc constamment me parler pour me rassurer que c’est OK de ne pas être parfaite.

– Une constante depuis quelques mois, mon incapacité de penser à long terme, de focuser seulement sur ma journée. Les longues réflexions, les décisions long terme, le prochain projet de vie, le tout est sur le hold jusqu’à nouvel ordre. J’arrive à peine à penser à l’heure du souper !

Bref, la vie suit son cours !