2017

 

J’ai commencé ce blogue il y a un an exactement. Je l’ai un peu négligé durant la deuxième partie de 2016. Aujourd’hui, première journée de 2017, je n’arrive pas à croire la différence entre mon état mental (et physique) et celui d’il y a 365 jours. 

Au début de 2016, j’étais désorientée, j’étais perdue et je me questionnais énormément. Mon estime de moi en avait pris un coup, j’étais pognée dans un “in-between” de carrière, de vie personnelle… j’avais en tête une liste de choses que je voulais avoir accompli (enfant, maison, bâtir une “vie”) et ça ne se réalisait pas aussi vite que je le voulais. 

À ce moment-là, je venais tout juste de commencer ma sabbatique de ma job à New York. On venait de laisser derrière nous un appart à 3 000$ par mois. Mon chum n’avait pas fini sa maîtrise, on ne savait dans quelle ville, état ou même pays on aboutirait après ses études. 

Bref, pour moi, en n’ayant aucune visibilité sur les éléments qui sont habituellement une certitude dans ma vie, je me sentais complètement perdue. J’ai paniqué, j’ai stressé, j’ai imaginé le pire, et je me suis retrouvée dans une petite dépression. Je ne regretterai jamais ce moment de ma vie qui m’a appris à vivre avec un minimum, un jour à la fois, sans savoir ce qui nous attendait le lendemain. 

Ensuite, pour la deuxième partie de 2016, tout s’est mis à débouler. Nous avons accueilli Max, notre bébé Goldendoodle, nous avons déménagées à l’autre bout du continent, en Californie, je suis tombée enceinte deux mois plus tard, mon chum a trouvé un autre (et meilleur) emploi dans l’état voisin, l’Arizona, et soudainement, on déménageait encore, on s’achetait une maison, une deuxième auto, etc. 

Drôle de coïncidence, en faisant nos boites pour la troisième fois en 12 mois, j’ai retrouvé un dream board que j’avais fait à la toute fin de 2015 pour visualiser où je voulais être dans ma vie dans les 5 prochaines années (voir la photo plus haut). Bien que cela semble un peu matériel, je voulais ma maison, pas vraiment pour l’objet, mais plutôt pour finalement créer des racines à un endroit, pendant un moment. Je voulais être organisée, que la maison soit fonctionnelle, qu’on y crée un petit nid de tranquillité. Je voulais également un chien et un enfant. Au centre, une photo de mon mariage, pour me rappeler que l’amour ce n’est pas acquis, et qu’il faut toujours travailler sur les fondations, s’assurer que ça ne s’effrite pas. Je souhaitais aussi de faire quelque chose que j’aime, où je n’ai pas besoin de prendre de vacances, et où je n’attends pas toujours aux weekends.

Bref, un an plus tard, jamais je n’aurais cru que presque tous ces vœux se réalisent. J’ai mon chien, j’ai ma maison et je suis enceinte. Je ne crois pas m’être réalisé autant que je le voulais au point de vue de ma carrière, mais mon arrangement de travail actuel me permet de travailler à temps partiel et d’être chez moi quand je le veux (ce qui fut bien pratique durant les premiers mois de grossesse). Un enfant à venir a définitivement renforci les fondations de mon mariage… mais je dirais que c’est toujours à continuer. Dans l’ensemble, je considère que j’ai fait un énorme pas dans la bonne direction. Un bon exemple du pouvoir de la visualisation et de la pensée positive. 

Bref, la morale de cette histoire n’est pas que je suis chanceuse et que la vie me sourit. Je crois plutôt que cela montre que lorsqu’on prend le temps de définir les bons buts, c’est à dire de prendre un temps d’arrêt et de se questionner sur ce qu’on veut, qu’on fait une liste et qu’on travaille à accomplir chacun de ces éléments, on peut avoir presque tout ce qu’on veut.

Un bon exemple est mon désir d’avoir une maison. Une maison en Californie, ce n’était pas possible pour au moins les 4-5 prochaines années, à moins que je retourne travailler à temps plein, dans mon ancienne job. C’est certain que j’adore la Californie et que j’adorerais y vivre toute ma vie, mais puisqu’un de mes désirs était d’avoir une maison, lorsque l’opportunité en Arizona s’est présentée, cela nous a permis de réaliser que pour le moment, c’était la meilleure option pour nous amener plus près de nos objectifs de vie du moment. C’est certain que cet état n’était pas #1 sur notre liste des endroits à habiter, mais considérant l’arrivée du bébé, avec le chien, une maison avec une cour et 3 chambres s’était LA meilleure décision. C’est une question de priorité.

Bref, où je veux en venir, c’est que certaine fois, si on focus trop sur le même objectif et que cet objectif ne se réalise pas, peut-être qu’il faut se pencher sur le reste et évaluer si toutes les décisions sont prises en fonction de cet objectif, est-ce que nos objectifs sont contradictoires, est-ce qu’on priorise le bon objectif, etc.

Alors que sera mon Dream Board de 2017? Au réveillon hier, je me posais sérieusement la question. On dirait que je suis à court d’idées. Je vais donc continuer à y penser cette semaine. Je ne sais pas si je tiendrai ce blogue à jour. J’espère que oui. Ça me manque d’écrire, peu importe qui est intéressé à me lire. On verra ce que ça donnera.

Bonne année !