5 trucs pour... visiter l'Islande

 

L’Islande devient de plus en plus accessible depuis que des compagnies comme WOW et IcelandAir offrent des vols directs, en partance de Montréal, pour s’y rendre à petit prix. L’avant-gardiste que je suis (pas vraiment, c’était juste l’endroit le moins cher en « Europe » pour notre lune de miel) a donc pensé vous faire un résumé des leçons apprises durant ce merveilleux voyage. C’est difficile de décrire l’expérience — mais je me souviens d’avoir dit très souvent à mon chum/mari : wow, on se croirait sur Mars ! Quoique je n’aie pas encore visité cette planète, chaque coin du pays révèle un paysage complètement différent du précédent, avec des vues à couper le souffle. Que ce soit les montagnes, la mer, les lacs, les chutes (!!!), les glaciers — le pays a de tout, pour tout le monde ! Je vous donne donc mes 5 trucs pour bien apprécier votre voyage dans ce merveilleux pays.

1. Choisir le bon moment

En Islande, il fait froid. Il ne faudrait donc pas s’attendre à y retrouver l’expérience d’un Club Med, car vraiment, il est rare que les températures dépassent les 20 degrés celsius, même en été. Cependant, il y a un dicton populaire auprès des Islandais : si tu n’aimes pas la météo, attends 5 minutes. Et je peux confirmer que c’est tout à fait vrai ! Une minute il pleut, et 5 minutes plus tard il fait beau. Mais tout de même, si vous voulez mettre les chances de votre côté et que combattre les froids hivernaux n’est pas votre point fort, essayez de voyager entre la fin avril et le début d’octobre. Avril et octobre seront manifestement plus froids, mais vous aurez quand même la possibilité de vous déplacer en auto sans avoir à prendre d’immenses précautions et d'avoir à amener votre manteau Canada Goose avec vous.

2. Sortir de Reykjavik

Reykjavik est manifestement la plus grande ville ou du moins la ville la plus populaire pour les touristes visitant l’Islande. C’est d’ailleurs dans ce coin-là que vous atterrirez (il faut prévoir environ 40 minutes de l’aéroport jusqu’au centre de la ville de Reykjavik). C’est beau, on dirait que la ville sort tout droit d’un catalogue Ikea. Il serait toutefois vraiment dommage de se limiter à cette ville. Ce qui fait la beauté de ce pays, ce sont ses changements de paysage. Ma meilleure suggestion pour ce voyage est de vous louer une auto. Si vous êtes inquiets de la conduite, je vous rassure tout de suite que la plupart des compagnies automobiles ont des voitures à transmission automatique (bien que les transmissions manuelles sont un peu moins chères), les routes sont désertes, la conduite se fait du même côté qu’au Québec et les signes routiers sont simples ou sinon totalement absents. Lorsqu’on voyage en été (les dates mentionnées au point 1), il n’y a donc aucun problème. Personnellement, nous avons hésité longtemps entre la location d’une voiture tout terrain (4X4) ou d’une voiture « normale ». Nous avons décidé d’y aller avec une voiture normale et je ne regrette pas la décision. Il y a assez à faire et à voir sur la route principale de l’Islande (l’autoroute 1) qu’il n’est pas nécessaire de louer un 4X4 pour s’aventurer sur les chemins plus dangereux, à moins de vouloir faire du « off road ». 

Une fois sortie de Reykjavik, vous pourriez techniquement faire le tour de l’île en deux semaines, en prenant tout votre temps. Si vous disposez seulement d’une semaine, je vous suggère de choisir : le nord ou le sud. Personnellement, considérant qu’on voulait un peu de beau temps, nous avons choisi le sud du pays. Et je suis convaincue que c’était la bonne chose à faire pour une première expérience islandaise. En 7 jours, nous sommes partis de Reykjavik, jusqu’à la pointe du pays à l’Est, en utilisant l’autoroute 1 coté Sud, et nous sommes revenus. Oui, c’est beaucoup d’autos, mais le fait d’arrêter ici et là chaque fois qu’on voit quelque chose de beau, en arrêtant quelques nuits ici et là, ça passe TRÈS vite. Nous sommes donc arrêtés pour dormir à Vik (2 nuits), à Nupar (1 nuit), et à Thingvellir (1 nuit). Ajoutés à cela une nuit à Reykjavik au début et à la fin, en 6 nuits, nous avions parcouru pratiquement la moitié du pays !

 Un très bon résumé des différentes régions de l'Islande

Un très bon résumé des différentes régions de l'Islande

3. Planifier sa nourriture

On se le dit tout de suite, on ne va pas en Islande pour la nourriture. Bien que Reykjavik soit rempli de bons restaurants et de bars, les commerces se font très (TRÈS) rares une fois sortis de la ville, et si vous ne planifiez pas adéquatement, vous vous retrouverez affamés très rapidement. Si vous comptez vous promener à l'extérieur des grands centres, je vous suggère de faire provision de pain, beurre d’arachide, confitures, bananes, pommes, etc. à une épicerie de Reykjavik avant de prendre la route. Je vous suggère aussi d’amener avec vous dans vos valises des bars énergisantes (plus difficile à trouver une fois là-bas). Cela vous permettra au moins de survivre lorsque les restaurants se feront rares. Je vous avoue en avoir mangé pas mal de ces sandwichs durant le voyage. La chaîne de supermarché « Bonus » qui est très facile à reconnaître avec ses couleurs fluo est l’endroit parfait pour faire les courses avant de quitter la ville. Par contre, je vous avertis, il n’y a pas beaucoup de choix et c’est assez dispendieux.

 Il faisait étonnamment chaud à coté de ces glaciers. Tout est surréel là-bas de toute façon!

Il faisait étonnamment chaud à coté de ces glaciers. Tout est surréel là-bas de toute façon!

4. Bien faire ses valises

En Islande, l’humain est décidément à la merci des éléments de la nature. Que ce soit les immenses chutes, les chemins en bouette ou les glaciers, il serait bête de ne pas avoir le bon équipement pour savourer ses moments au chaud et en sécurité. Il est donc important de considérer certains essentiels :

  • Manteau et pantalon « waterproof » (faites des tests d’eau avant de partir)
  • Manteau d’hiver (disons le plus léger de vos manteaux d’hiver)
  • Bottes de marche de randonnée  (imperméables si possible)
  • Plusieurs couches de vêtements qui peuvent être enlevés ou ajoutés selon la température changeante
  • Tuques et mitaines (oui, même en été )
  • Maillot de bain (oui, même en hiver - l’Islande est réputée pour ces sources d’eau thermiques)
  • Médicaments pour la grippe du genre Tylenol rhume, juste au cas (ceux islandais ne sont pas aussi efficace, croyez-moi)
  • Votre meilleure caméra avec un objectif grand-angle
  • Sacs en plastique de toute grandeur (ils vous seront utiles à un certain point c’est certain)
  • Un trépied (essentiel si vous voulez prendre en photo les aurores boréales)
  • Un forfait internet sur votre cellulaire OU un GPS avec les cartes de l’Islande qui vous aidera à vous orienter. Plusieurs « merveilles » sont bien cachées et une carte en papier ne vous sera pas très utile.
  • Un adaptateur électrique (ceux à deux pointes, les mêmes qu’on utilise en France, par exemple)

Bref, le tout vous permettra d’être aventureux et de ne rien manquer, comme marcher dans l’eau pour accéder à une chute cachée en arrière d’un rocher, ou de vous rendre tout simplement au pied d’une chute encore plus grosse, pour en apprécier la force de l’eau.

 Difficile de s'imaginer la quantité d'eau au pied de cette chute. On devient trempe en moins de 30 secondes. D'où l'importance de bien s'équiper pour ne rien manquer.

Difficile de s'imaginer la quantité d'eau au pied de cette chute. On devient trempe en moins de 30 secondes. D'où l'importance de bien s'équiper pour ne rien manquer.

5. Évitez les touristes

Une des raisons de visiter l’Islande pour nous était d’éviter les touristes. Habitant à New York à ce moment-là, on en avait assez de voir des troupes de touristes ruiner un peu tous les beaux sites que nous voulions visiter, à coup de selfie / selfie stick / photos de groupe. Bref, l’Islande a répondu à nos attentes, du moins pour les 5 premiers jours du voyage. À la toute fin, au retour de la côte Est, nous avons décidé de visiter les endroits plus proches de Reyjavik tel que le parc national de Thingvallir et le geyser Geysir et WOW on s’ennuyait de nos sites déserts explorés tout le long de la semaine. Nous avons vite compris que les tours organisés de Reyjavik ne s’aventurent pas très loin, ce qui fait que tous les touristes se retrouvent à la même place au même moment. Cela nous a donc confirmé l’importance de s’éloigner à tout prix des grands centres.

Je vais conclure en vous disant que tout est cher en Islande, c’est une île et ils utilisent l’Euro pour établir leur prix. Cependant, TOUTES les activités sont gratuites, ou presque. Mis à part le Blue Lagoon, tout le reste peut être accédé gratuitement (ou presque). Il reste donc l’auto, le gaz, les hôtels et la nourriture à payer. 

J’ai préparé une map de l’Islande sur « My Map », l’outil que je vous ai d’ailleurs parlé dans mes 5 trucs pour voyager. J’y ai mis tous les endroits à visiter, avec commentaires et suggestions pour la plupart d’entre eux, ceux que nous avons visités durant notre séjour. Assurez-vous d’y jeter un coup d’œil pour planifier votre voyage. Il n’y a rien de mieux qu'une bonne préparation pour ce type de voyage.

 Un trépied et une bonne caméra sont essentiels pour prendre de telles photos des aurores boréales.

Un trépied et une bonne caméra sont essentiels pour prendre de telles photos des aurores boréales.

Faites-moi savoir si vous avez des questions, vous pouvez aussi m’écrire à sophielangis@gmail.com. BON VOYAGE!!!