La nouvelle vie

 

Nous voilà donc pas mal installés dans notre nouvelle maison, dans notre nouvelle ville, prêts à relever de nouvelles aventures. Bien que l’Arizona n’était pas au top de ma liste des états où je souhaitais résider, j’essaie tout de même d’y trouver mon compte. Ce qu’il y a de bien avec l’achat d’une maison, c’est toute la permanence qui vient avec.

Par exemple, le médecin de famille, le dentiste, le garagiste, le bureau de poste, etc. deviennent des choix à long terme, le tout nous aidant à prendre racine, du moins pour un certain (long) temps. Après avoir été en constant mouvement les 5 dernières années, ça fait du bien.

Il y a aussi le fait d’être enceinte et d’avoir un besoin grandissant de rester à la maison, imaginer la chambre de bébé, prévoir l’organisation de la maison en fonction d’un manque de temps éminent, lorsque le bébé sera là. Bref, la permanence, ça aide à se préparer pour les mois et années chargées à venir.

Tranquillement, les choses entrent dans l’ordre avec la maison et tout ce qui vient avec (l’aménagement paysager, le système d’alarme, le pest control, le revêtement des fenêtres, le traitement à l’eau douce, alouette!). Cela nous donne donc un peu plus de temps de partir à l’aventure pour découvrir ce qui nous entoure.

Phoenix et les environs, c’est bien différent des endroits où j’ai habité jusqu’ici dans ma vie. Plutôt que d’avoir une grande ville et des banlieues qui l’entourent, on parle plutôt d’une accumulation de banlieues, qui forment Phoenix et ses environs. Ici, tout est à environ 25-30 minutes. On y trouve tous les magasins imaginables, mais on doit en moyenne conduire 20 minutes pour s’y rendre. GIlbert, Mesa, Scottsdale, Biltmore, Phoenix, Chandler, Tempe, toutes de petites villes qui se touchent et se connectent par 2-3 autoroutes. À l’intérieur d’une même ville, on croise des coins plus ou moins recommandables, puis quelques secondes plus tard, des oasis de palmiers et cactus, des lacs, des terrains de golf et des belles maisons défilent sous nos yeux.

Ce que je trouve très rafraîchissant, après avoir vécu presque deux ans en banlieues de Los Angeles, c’est qu’on y trouve beaucoup de petits commerces. L’achat local est clairement mis de l’avant. Cela devient donc une chasse au trésor de trouver nos endroits "go-to": un bon café, de la bonne bière artisanale, nos restos indiens/thaï/japonais/viet pour les cravings lorsqu’on n’a pas envie de cuisiner, les endroits parfaits pour l’heure du lunch, ainsi que les petites boutiques spécialisées où aller flâner. 

Une chose est certaine, à Phoenix, on est toujours à quelques secondes de voir un cactus, que ce soit dans le stationnement du Costco ou dans un centre d’achat branché extérieur, je n’ai jamais vu autant de cactus au pied carré. Je suis fortement impressionnée par la complexité de ces plantes. J’en possède trois minis en ce moment que j’essaie de ne pas tuer. À suivre... Parlant de cactus, nous avons eu l’opportunité de goûter aux paysages arizonien, la semaine dernière, lors de notre randonnée à Superstition Mountain. C’était aussi la première randonnée de notre chien, qui a fait ça comme un grand, et a bien réussi à éviter la centaine, voir même les milliers de cactus rencontrés en chemin. Le grand air, la nature, l’air qui sent bon, bref, je me suis senti, pour la toute première fois, un petit peu "chez moi", dans mon nouveau état d’adoption.