L'écriture

 
 Coucher de soleil, vu de ma fenêtre de salle à manger... 

Coucher de soleil, vu de ma fenêtre de salle à manger... 

Ces dernières semaines, je travaille fort ! Du moins, fort pour une fille qui est habituée de faire du 20 heures semaines depuis quelques mois. Ces temps-ci, ça s’enligne plutôt sur le 40 heures semaine, à faire ce que j’aime le plus au monde (sarcastique) : de l’audit ! La beauté de la chose, c’est que le tout se fait de ma maison, dans mon bureau, en pyjama (si je le veux), avec de la bonne musique en trame de fond, et en compagnie de mon chien (qui je l’avoue, me dérange la plupart du temps, mais bon !).

J’ai récemment flirter avec l’idée de retourner travailler à temps plein. J’avoue que mon timing est plus que mauvais, à trois ou quatre mois d’avoir un bébé et de voir ma vie transformée, c’est d’ailleurs ce que la directrice des finances qui m’a interviewée m’a gentiment suggéré, d’attendre de voir, car « Être mère, ça change une vie » m’a-t-elle dit. J’ai donc poursuivi ma réflexion, regardé notre budget, parlé à mon boss actuel qui me donne de la job au compte goûte, pour ensuite me sentir extrêmement privilégiée d’être en mesure de bien gagner ma vie, en faisant des semaines écourtées, à la maison. J’ai donc pris la décision de garder ce statut pour l’année 2017. 

Pour en venir au sujet de ce blogue, l’écriture, je ne peux pas vous dire combien de fois ces dernières semaines j’ai écris des articles de blogue dans ma tête, parlant d’un peu de tout, de self help oui, mais de moins en moins. De plus en plus, les histoires qui m’intéressent de partager, évidemment, considérant la situation, sont des histoires de décoration d’intérieur, de futures mamans, de lobby créatif, etc. Souvent, je me prends à écrire tout mon texte dans ma tête, mais rarement, ça aboutit à me faire ouvrir mon ordinateur pour publier ces articles. Plus souvent, je procrastine le "vrai" travail (celui qui me procure un chèque de paie au bout de la semaine) en rêvassant de ce que serait la vie, si je pouvais seulement me contenter d’écrire et faire mes petits lobbys.

J’en déduis donc que si je veux que ça sorte, il faut que j’y accorde du temps. Si je veux que le monde accroche, je dois être constante, écrire plus souvent, parfaire mes techniques d’écriture. Ce qui est le plus difficile, c’est de m’en tenir à un thème ou deux, j’ai tendance à vouloir m’éparpiller. Mais en même temps, moi même, quand je lis des blogues, j’aime la diversité du contenu.

Tout ça pour dire qu’écrire me fait du bien, cela me permet de penser à autre chose que mon client du moment, de l’incompétence des gens que j’audit, de la platitude des fichiers Excel, des pivots table et des V-Lookup, et c’est une façon, parmi tant d’autres, de me permettre de créer. J’ai compris avec le temps qu’il me faut balancer l’audit (qui me fait sentir intelligente, capable, valorisée) et les passe-temps créatifs (qui me font m’accomplir, me font sentir comme une semi-artiste, me valorisent d’une tout autre façon). Bien sûr, ça serait génial si mes passe-temps créatifs me permettaient d’en vivre confortablement, mais puisque ce n’est pas le cas en ce moment, je me concentre à atteindre ce parfait équilibre entre mes capacités intellectuelles et créatives.

Et vous, vous avez cette balance, entre les choses que vous aimez faire et celles que vous faites par obligations ? Ça se passe comment ?