Le Moi Essentiel

 
Ballon.jpg

Einstein a un jour dit que l’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. L’intuition et la rationalité, ce sont deux concepts opposés. Quand faut-il suivre l’un ou se fier à l’autre ? Je viens tout juste de terminer le livre « Finding your North Star, Claiming the life you were meant to be » de Martha Beck, qui explique bien ces concepts. Avec Martha, l’esprit intuitif et l’esprit rationnel se caractérisent plutôt par le « Moi Social » et le « Moi Essentiel ». Le Moi Essentiel est décrit comme notre étoile polaire intérieure. Un point fixe qui ne bouge jamais. Par conséquent, il est possible de s’y fier, lorsqu’on cherche notre chemin. Le Moi Essentiel représente ce que nous sommes. Nos dons, nos talents, nos forces. Il renferme ce que nous voulons accomplir, ce que nous sommes destinés à être, notre raison de vivre et d'exister.

Le Moi Social, pour sa part, s’occupe d'abord à exécuter notre Moi Essentiel. Le Moi Essentiel désir devenir pilote d'avion? Le Moi Social s'occupera de trouver des leçons de vol.  Le Moi Social est aussi ce que nous montrons, c’est ce que les gens « voient ». C’est une version politically correct de notre Moi Essentiel. Le Moi Social se développe en réponse aux pressions des gens qui nous entourent, que ce soit la famille, les amis ou la société en général. Si nous étions seul au monde, notre Moi Social et Essentiel ne ferait qu'un.

Lorsque le Moi Social vient à prendre trop de place, cela crée une déconnexion entre le Moi Essentiel et le Moi Social, qui résulte en une suite d’événements conscients ou inconscients, des genres de messages envoyés par le Moi Essentiel au Moi Social pour indiquer son mécontentement.  La crise de la quarantaine, vous avez déjà entendu parler ? 

Voici quelques exemples de sentiments ressentis dans les situations de connexions et de déconnexions.

Afin de connecter les deux « Moi », il est important de faire confiance à sa « boussole », à nos instruments de navigation interne. Le Moi Essentiel aura tendance à nous envoyer ses signes plus ou moins évidents de « déconnexion » pour nous faire réaliser qu’on s’éloigne de notre étoile polaire.

Ce concept m’a particulièrement touché, car plusieurs fois j’en ai fait l’expérience. Je vous parlais de suivre vos intuitions il y a quelques jours. Oui, lorsqu’on se sent poussé vers quelqu’un ou quelque chose sans vraiment être capable de l’expliquer, c’est un bon signe qu’on se rapproche de notre Moi Essentiel.

Je garde un souvenir très vivide de l’été passé, la semaine avant mon mariage. Je faisais un test avec un de mes éléments de déco de mariage, un gros ballon gonflé à l’hélium, avec des pompons en tissus roses attachés sur une corde en dentelle. J’avais préparé le tout au cours des derniers mois menant au mariage et cette journée-là, j’assemblais le produit final. C’était une merveilleuse journée ensoleillée et je travaillais dans la tente de location qui allait accueillir notre réception. Le vent chaud entrait dans la tente et ça sentait l’été. Le résultat final du ballon était plus que satisfaisant. C’était beau, et c’est moi qui l’avais fait! J’étais bien fière de mon coup. À des lumières de mes fichiers Excels, a ce moment précis, je me suis dit: c’est ça le bonheur. J’ai été complètement submergée d’un sentiment de bonheur et sans vraiment connaître le concept du Moi Essentiel et du Moi Social, je réalise maintenant que je venais tout juste de connecter avec mon Moi Essentiel. Et tout mon être n’avait qu’envie de reproduire ce feeling.

 Le fameux ballon

Le fameux ballon

Ironiquement, lorsque je vous parlais du Cercle des intentions il y a quelques semaines, cette journée spéciale me revenait en tête lorsque je décidais ce que je voulais - et ne voulait pas - dans ma future carrière. C’est fou comme il est facile de laisser notre Moi Essentiel s’exprimer quand on fait se genre d’exercice. Ce n’est donc pas pour rien qu’on y lit, dans mon cercle, les mots airs ouverts, plante, création, lumière… 

Je dis souvent à la blague que j’ai eu un gros post-partum de mariage, dans le sens où cet événement si heureux m’a plutôt laissé dans un état de détresse psychologique, qui perdure encore même aujourd’hui. À mon retour au travail, après la lune de miel, tout mon MOI avait envie d’être ailleurs. J’étais impatiente, toujours malade, j’oubliais tout. Je pouvais partir à pleurer pour un rien. Les gens autour de moi devaient me prendre avec des pincettes, surtout au travail. J’étais en mode « autosabotage ». Décidément, mon Moi Essentiel n’avait pas l’intention de retourner dans son trou en silence et il voulait s’exprimer. 

Mais soyons honnêtes, faire des ballons dans une tente n’est pas une carrière en soi. C’est plutôt une piste de solution. Je dois donc continuer à écouter les signes et voir où cela m’amène. Martha Beck suggère une méthodologie pour y arriver et je vous reviens là-dessus dans un autre article. Avant de terminer, je vous pose quelques questions.

  1. Quelle est l’activité qui vous procure le plus d’énergie ?
  2. Qui est la personne qui vous fait sentir le plus relaxe ?
  3. Quel était le moment de votre vie où vous étiez dans votre meilleure condition physique ?
  4. Quelle information vous remémorez-vous le plus facilement ? 
  5. Quelle activité fait passer le temps sans que vous vous en rendiez compte ?
  6. Quelle chose-personne-situation crée le sentiment d’urgence le plus fort pour vous ?
  7. Quelle situation vous met dans le meilleur de votre humeur ?
  8. Quel moment dans le passé vous à fait sentir le plus en vie ?

Ces questions de bases devraient vous aider à identifier des moments où vous êtes connecté avec votre Moi Essentiel. Est-ce que vous considérez que celui-ci est partie intégrante de votre Moi Social ? Ou est-il complètement dissocié ?