Le voyage

 

On vient tout juste de revenir de notre escapade sur la côte Ouest. Cela m’amène à réfléchir aux semaines qui viennent de passer. Au total, nous sommes partis 28 jours, nous avons fait 4 grandes villes de la côte Ouest (Los Angeles, San Diego, San Francisco et Portland). Nous avons changé de « lit » à 13 fois, nous avons loué 2 autos, pris 4 avions, bu une tonne de bière IPA et une tonne de bons cafés… Bref, un mois assez mouvementé.

La beauté de la chose c’est que cela m’a donné maintes occasions de reconnecter avec des amis et aussi de faire de nouvelles connaissances.

D’abord, il y a eu mes amies québécoises vivant à Los Angeles. Chacune d’elle a un parcours tellement différent; une comptable, une agente de bord, une responsable des RH, une qui est récemment devenue professeur de yoga. Ce qui est drôle, c’est qu’elles se connaissent toutes grâce à moi qui les ont présentés aux autres lorsque j’y demeurais. Pour moi, il était important d’être solidaire en tant que Québécoises à l’étranger. Bref, de belles conversations qui m’ont fait sentir à la maison.

Ensuite, il y a eu les amis de San Francisco. Des amis qui travaillent soit à Google ou dans des start-ups. La majorité travaille des heures et des heures, les soirs et fins de semaine, la mentalité des start-ups quoi ! La plupart pensent déjà à la suite, d’autres se questionnent s’ils sont vraiment heureux, d’autres se planifient une petite retraite de deux mois cet été pour faire le tour de l’Europe en vélo. Je connais ça, un break en milieu de carrière, ça fait du bien ! Je fais aussi la rencontre d'une fille qui est né et à vécu la majorité de sa vie en Alaska. C'est capotant! Elle me confirme toutefois que le film The Proposal avec ma chère Sandra Bullock n'a pas été tourné là-bas, zut! Mais quand même, j'ai déjà envie de visiter cet endroit prochainement. 

Finalement, on aboutit à Portland, ville que je n’avais jamais visitée avant. C’est le coup de foudre pour moi. Une ville simple et abordable, mais remplie de petits restaurants, de petites boutiques, d’activités de plein air, de forêts et de cours d’eau. Les gens sont simples, en running shoes et avec des vêtements de plein air (d’ailleurs, les marques Columbia et Nike sont toutes deux originaires de Portland). L'hiver, c'est pluvieux et brumeux, bref, on se sent comme dans le film Twilight (qui a été filmé en grande partie autour de Portland, génial!). Là-bas, on y rencontre un ami, qui y est par choix depuis quelques années, travaillant à distance pour une compagnie du sud de la Californie. On fait aussi la connaissance de son chien, vieux de 15 ans. L’idée qu’il ait gardé son chien aussi longtemps et qu’il fasse toujours partie de sa vie m’attendrit au plus haut point. L’idée qu’il y soit par choix, et non pas dicté par le lieu de son travail me rends optimiste que moi aussi un jour, je pourrai choisir ma ville en fonction de mes intérêts et non pas de mon emploi. Vive le télétravail!

On y fait aussi la rencontre d’un grand-père de 82 ans, qui, lors de sa crise de la quarantaine, décide de faire le tour du monde à bord d’un petit avion avec un ami. Il nous explique comment, à la toute fin, il a presque manqué de gaz à la hauteur de l’Alaska. J’en ai le souffle coupé. À 82 ans, il est encore à la tête de son entreprise et il fait du tapis roulant à tous les jours pour se garder en forme. Wow! Une raison de plus pour me mettre en forme maintenant!

On fait aussi la rencontre d’une famille où les deux parents sont avocats. Ils nous parlent de leur travail et ils sont tellement investis émotionnellement dans leur emploi que j’en suis en admiration. Quelle belle vie cela doit être lorsque notre travail nous passionne autant ! On en profite pour leur demander ce qu’ils pensent de Making a Murderer… Évidemment!

Les plus beaux moments de ce voyage sont ceux où nous sommes entourés d’amis, lorsqu’on partage un verre et une bonne discussion. Au bout du compte, ces 4 semaines ont été un genre de pèlerinage pour l’âme. Ayant été un peu trop concentrée sur ma propre vie dans les années passées, il va s’en dire qu’en apprendre sur la vie des autres en ayant une complète ouverture d’esprit est très rafraichissant. À mon retour au Québec, il y a quelques jours, déjà, je me sentais dans un meilleur esprit qu’à mon départ, comme si j’étais plus motivée, plus confiante en l’avenir. J'étais contente de revenir, car ici aussi, j'ai une tonne de conversations enrichissantes. Mais déjà, je pense à la prochaine destination! ;)