Les passions

 

Il y a plusieurs mois, j’ai assisté à un atelier dont le sujet était « Trouver votre passion » au local de la compagnie General Assembly à New York, un local créatif où les gens vont habituellement pour apprendre à coder et à faire des sites web. Exceptionnellement, l’endroit accueillait Jessica Semaan, fondatrice ex-employée de AirBnB fondatrice de The Passion Company

Pendant quelques heures, une trentaine de New-Yorkais cherchant leurs passions s’y étaient réunis pour discuter du sujet et, bref, trouver leur passion, moi y compris. Une salle remplie de gens qui n’aimaient pas leur job ou pire, qui venait de la perdre, ou de la quitter sans plan B.  Au bout de cette soirée, après plusieurs ateliers, je n’ai pas découvert MA passion, ou UNE idée d’entreprise, mais j’ai trouvé ce qui me faisait « vibrer » : aider les gens en partageant mon savoir. Effectivement, jusqu’ici dans ma vie, j’ai toujours été à l’aise je peux aider les gens. Cela me crée un « boost » de confiance en moi, je me sens bien, je me sens utile. J’ai toujours été curieuse et j’aime apprendre de nouvelles choses. Ensuite, j’aime partager mes connaissances avec les gens autour de moi.

Après avoir écrit mon examen professionnel de comptable en 2008, je suis devenue « coach » d’examen. Chaque année, j’ai un groupe d’étudiant pour qui je corrige des pratiques d’examen, je donne du feedback, j’aide à avancer dans le processus, je partage mes conseils de vie ainsi que mes conseils techniques. Une façon de me donner un « rush » d’énergie, en partageant se savoir accumulé depuis des années. Justement, ce weekend, je donne une formation de deux jours à des étudiants en comptabilité. J’appréhendais le weekend. J’avais plus ou moins envie de parler de comptabilité (je vous ai dit que j’en faisais une écœurantite), j’avais peur que ça soit ennuyant, je trouvais que 16 heures de formation à donner, c’était beaucoup. Et bien me voilà en pause pour le lunch et je me sens bien, en vie, utile, etc.

Cela me confirme donc qu’aider, informer, instruire, montrer et démontrer, c’est définitivement ce qui me fait vibrer. Nécessairement, mon prochain projet de vie devra me procurer ce plaisir, cet accomplissement de soi. Il est clair que ce n’est pas en vérification qu’on arrive à aider-former-développer les gens. Par contre, écrire ce blogue, vous donner mes conseils à travers ce « journal », ou à travers ma rubrique 5 trucs, ça par contre, ça me fait vraiment du bien.

Certains d’entre vous m’envoient des messages, disant partager une situation similaire à la mienne. À première vue, nos vies semblent bien différentes, mais on se retrouve tous à la même place : on est tous à la recherche d'un but, d'un purpose.

Bref, demandez-vous, qu’est-ce qui vous fait vibrer ? Qu’est-ce qui vous fait sentir en vie ? Et par l’exploration. J’ai lu récemment le livre Big Magic: Creative Living Beyond Fear, de l’auteure Elizabeth Gilbert (oui, celle qui a écrit Eat, Pray, Love). Ce livre est son premier livre d’accomplissement personnel. Le sujet est la créativité; comment vivre une vie créative, comment l’exprimer, comment saisir les opportunités, etc. Une chose qu’Élizabeth mentionne dans son livre, qui a beaucoup raisonnée avec moi:

« May I also urge you to forget about passion? Perhaps you are surprised to hear this from me, but I am somewhat against passion. Or at least, I am against the preaching of passion. I don’t believe in telling people, “All you need to do is to follow your passion, and everything will be fine.” I think this can be an unhelpful and even cruel suggestion at times. First of all, it can be an unnecessary piece of advice, because if someone has a clear passion, odds are they’re already following it and they don’t need anyone to tell them to pursue it. (...) But a lot of people don’t know exactly what their passion is, or they may have multiple passions, or they may be going through a midlife change of passion— all of which can leave them feeling confused and blocked and insecure. If you don’t have a clear passion and somebody blithely tells you to go follow your passion, I think you have the right to give that person the middle finger. Because that’s like somebody telling you that all you need in order to lose weight is to be thin, or all you need in order to have a great sex life is to be multiorgasmic: That doesn’t help! I’m generally a pretty passionate person myself, but not every single day. Sometimes I have no idea where my passion has gone off to. I don’t always feel actively inspired, nor do I always feel certain about what to do next. But I don’t sit around waiting for passion to strike me. I keep working steadily, because I believe it is our privilege as humans to keep making things for as long as we live, and because I enjoy making things. Most of all, I keep working because I trust that creativity is always trying to find me, even when I have lost sight of it. So how do you find the inspiration to work when your passion has flagged? This is where curiosity comes in.»

Gilbert, Elizabeth (2015-09-22). Big Magic: Creative Living Beyond Fear (pp. 236-237). Penguin Publishing Group. Kindle Edition. 

Et si on se laissait aller à explorer les idées qui nous passent par la tête, pour lesquels nous sommes curieux d’en apprendre plus, et voir où cela nous mène ? Bref, en gardant l’esprit ouvert, en disant « oui » le plus souvent possible, on se met dans des situations inhabituelles et qui sait, peut-être qu’un de ces intérêts pour lequel nous étions curieux se développera en passion.

C’est donc dans cette optique ces temps-ci que je me lance dans tous les projets qui me sont présentés. Agir comme coach pour des étudiants en comptabilité, préparer des déclarations d’impôt, faire des bijoux, m’intéresser au macramé, suivre des blogues de designs d’intérieur, suivre un cours de photographie, aller prendre des cafés avec les gens qui suivent mon blogue, avoir des conversations avec des personnes aux cheminements semblables au mien, etc. Chaque jour, je tente de faire une chose en dehors de ma zone de confort, en me disant qu’au bout du compte, quelque chose de bien en sortira.

Cela m’aide à me concentrer sur le moment présent, avec mon horaire qui se charge rapidement. Cela m’aide aussi à me sentir valorisée et accomplie. 

Et vous ? Quels sont vos intérêts ? Est-ce que vous vous êtes déjà dit : « Il faudrait bien que j’essaie de (finir la phrase) » ? Avez-vous un intérêt pour quelque chose?  N'importe quoi? La réponse n'est pas obligée de vous faire quitter votre emploi demain matin, elle doit seulement capter votre attention pour quelques minutes. Que pourriez-vous faire dans les prochaines semaines pour poursuivre ce projet, cette idée, cette curiosité?