Retour sur le déménagement

 
 Parfaite image pour illustrer la situation. Mon balcon, ma vue, ma vie!

Parfaite image pour illustrer la situation. Mon balcon, ma vue, ma vie!

Me revoici. Maintenant déménagée à l’autre bout du continent. Les dernières semaines ont été stressantes (bébé chien) et fatigantes (7 jours d’auto avec le bébé chien). Au lieu d’y aller avec un long texte aujourd’hui, je vais vous donner en rafale mes constatations des dernières semaines :

– Un roadtrip à travers l’Amérique ça sonne bien sur papier, mais en réalité, c’est long longtemps. Bien que je sois super contente de l’avoir fait, je ne crois pas le refaire. Beaucoup d’auto, beaucoup de paysages plats (milieu des États-Unis).

– De tous les états visités durant ce roadtrip (New York, Pennsylvania, Ohio, Missouri, Indiana, Kansas, Oklahoma, Colorado, New Mexico, Arizona et Californie), mon état préféré est sans aucun doute l’Arizona, plus précisément la ville de Scottsdale. Un oasis au milieu du désert avec une tonne de cactus et des paysages digne de films du Far West. Je veux absolument y retourner, surtout que la ville est super « dog-friendly ».

– Constatation chien #1- un bébé chien ça mort ! C’est vraiment le seul défaut de mon chiot ! Il fait ses nuits, s’assoies et se couche quand on le demande, dort presque tout la journée, fait ses besoins à l’extérieur, mais j’ai très hâte que la passe du mordage passe !

– Constatation chien #2 – un chien c’est vraiment comme un enfant. Je me souviens de ma première expérience avec un chien, à 21 ans, l’été de mon examen de CPA. Tellement pas le bon moment, pas surprenant que nous ayons pris la décision de le donner quelques mois plus tard (chose que je considère comme un de mes échecs de vie). 10 ans plus tard, à la veille d’avoir des enfants, le timing est excellent. Ça donne une bonne idée des restrictions que peut amener un enfant. Une bonne chose qu’on adore le cocooning et rester à la maison !

– Déménager de Drummondville vers la banlieue de Los Angeles, Rancho Cucamonga, c’est le jour et la nuit. À Drummond, je ne savais plus où donner de la tête, je croisais une tonne de personnes que je connaissais chaque jour, j’étais toujours occupée. À Rancho, je ne connais personne, mon chum est de retour au travail donc je passe la journée avec moi-même et le chien, je peux passer la journée sans aucune interaction humaine. Honnêtement, pour le moment, ça fait du bien. Psychologiquement, c’est reposant. On verra comment ça évolue dans les prochaines semaines.

– Je mets encore beaucoup de pression sur moi même. Cette tendance que j’ai de vouloir avoir « my shit together ». Avoir un appartement propre, un chien bien élevé, bien mangé et faire à manger, faire de l’exercice, bien décorer, bien m’habiller, alouette ! Je dois donc constamment me parler pour me rassurer que c’est OK de ne pas être parfaite.

– Une constante depuis quelques mois, mon incapacité de penser à long terme, de focuser seulement sur ma journée. Les longues réflexions, les décisions long terme, le prochain projet de vie, le tout est sur le hold jusqu’à nouvel ordre. J’arrive à peine à penser à l’heure du souper !

Bref, la vie suit son cours !